lundi 11 juin 2012

La malédiction du 4-3-3

Dominatrice, forte de quelques certitudes dans la construction du jeu, la France s'est aussi illustrée par son impuissance dans la zone de vérité, lundi face à l'Angleterre (1-1) lors de son entrée en matière à l'Euro 2012. Le recours invariable à un schéma tactique en 4-3-3 et le positionnement de Karim Benzema en pointe de celui-ci sont au coeur des interrogations. Point de vue.


Comment marquer un but sans jamais avoir d'attaquant dans la surface ? Si l'on caricaturait à peine, cette question provocatrice pourrait résumer les difficultés française à faire la décision face à l'Angleterre, ce lundi à Donetsk lors de la première journée de l'Euro 2012. Car, sur le plan de l'état d'esprit et de la solidarité, les Bleus étaient dans le vrai, loin des fantômes de l'ère Domenech. En témoigne cette égalisation rapide de Nasri après l'ouverture du score de Lescott, même si elle fut l'occasion de la part de son auteur d'un lamentable règlement de comptes. Fait significatif, le but français intervient sur une frappe depuis l'extérieur de la surface. On ne saurait s'en plaindre, d'autant que ce n'est pas vraiment dans les habitudes nationales. Mais cette égalisation sur un tir lointain tend aussi à prouver que la France n'a pas eu d'autres solutions pour conclure. Car d'occasions de près, excepté sur coups de pied arrêtés, il y eut très peu. Voire pas du tout.

Pourquoi cette carence ? Depuis le coup de sifflet final, Karim Benzema centralise beaucoup des critiques adressées aux Bleus et à leur coach. « On dirait Anelka en 2010 », « Il décroche tout le temps », « Il n'est jamais dans la surface ». Pour aussi excessives qu'ils soient dans la forme, ces reproches reflètent une réalité. Karim Benzema a passé le plus clair de son temps à déserter l'axe, filant soit au milieu soit sur le côté gauche. Quand il dit à Libération que « La France a fait 25.000 passes, mais il n'y avait personne devant le but », Reynald Pedros résume bien le problème. Cette équipe a de bonnes intentions mais souffre d'un problème d'occupation du terrain en zone offensive : Nasri n'était jamais à droite, repiquant sans cesse. Ce qui ouvrait le couloir à Debuchy mais embouteillait l'axe. Ribéry partait d'assez bas, vu l'inexistence de Malouda et l'apport offensif médiocre d'Evra. Enfin, et on revient à notre problème du soir, Benzema n'était JAMAIS dans la surface. Un vrai souci pour une équipe évoluant avec une seule et unique pointe.

D'où les questions suivantes. Pourquoi ne pas avoir lancé Giroud, seul joueur de l'effectif a avoir le profil physique adéquat pour poser des problèmes à la solide défense centrale anglaise ? Le second match du jour a illustré l'importance du bon usage des attaquants de surface... Par quel mystère Blanc n'a-t-il jamais testé une association Benzema-Giroud lors des trois matches amicaux que l'équipe a joué lors de sa préparation à l'Euro ? Lui seul le sait. L'argument selon lequel nous n'avons pas d'attaquant sur le banc pour suppléer un éventuel duo Benzema-Giroud a ses limites, tant on sait que Menez peut jouer les "impact players" en position axiale en fin de rencontre, face à une défense fatiguée. Enfin, Karim Benzema est-il un attaquant de pointe ? N'est-il pas plutôt un "neuf et demi", un "trequartista" pour employer un terme cher aux Italiens ? Il est fort probable que Laurent Blanc s'accroche à son organisation en 4-3-3, où ça tricote et ça se marche sur les pieds. Et il est fort probable qu'on le regrette par la suite...

P.S.: un mot sur l'attitude de Samir Nasri après son but. Plutôt que de communier avec ses coéquipiers et de partager sa joie, le joueur de Manchester City n'a pas trouvé meilleur moment pour adresser un "Ferme ta gueule" aux journalistes de L'Equipe. Vous avez dit melonite aigüe ?

1 commentaire:

LUKETO Tomasu a dit…

Bonne analyse.
Après je me pose la question : vu l'excellente prestation de Debuchy qui a joué les pistons comme il sait si bien le faire avec Lille, pourquoi ne pas faire jouer carrément Nasri en 10 avec Ribéry en dynamiteur qui se balade soit à gauche soit à droite et Benzema-Giroud en attaque ?

En outre, Malouda a été inexistant. J'espère donc qu'il sautera au prochain match au profit d'un Menez par exemple.